Fais ton show !!

Forum de créations (graphiques, littéraires ...)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Concours Août]

Aller en bas 
AuteurMessage
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 15:04

Witch's Brew a eu quelques problèmes techniques avec son ordi et a predu tous ses fichiers, dont l'histoire du concours. Par conséquent c'est Alex Qui se voit être le grand gagnant du concours du mois d'août avec son histoire La lune sanglante

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:43

Cette histoire, je vais l’écrire à la première personne, comme toute les histoires que j’ai écrites, sauf que cette fois-ci, j’en suis l’héroïne, et que les faits seront mes souvenirs. Je ne vais pas essayer de cacher ce qui me semblera honteux, non, je présenterai le cas dans toute sa complexité, et mon personnage dans tous ses défauts, comme j’aurais présenté n’importe quel autre personnage d’histoire de fiction. Cette histoire est réelle, mais je vais l’écrire comme s’il s’agissait d’une fiction, c’est comme ça que je sais mieux le faire.

Etourdie, je sortis de la voiture. J’étais toute chancelante, et le soleil tapait dur sur mon crâne. Je haïssais déjà ce camping. Mes parents ouvrirent le coffre, tout excités. Je ne comprenais pas vraiment leur engouement, la chaleur allait nous rendre la vie difficile, et je ne ferais pas plus de chose sur cette côte infernale que chez moi, dans ma chambre.
Je transpirais déjà.
Mon père passa à côté de moi, portant la tente sur ses épaules, et derrière moi, ma mère me demanda de porter une des deux valises. Elle avait décidé de réduire au maximum le nombre d’affaires, même si elle vous dira « on a décidé », mais bon, ce n’est pas ce qui me dérange le plus, je n’avais besoin que de quelques affaires, et surtout de quoi écrire. Je pris donc la valise dans ma main gauche, car je suis gauchère, et après que ma mère eut fermé la voiture, nous rejoignîmes mon père à l’accueil.
Je n’étais habillée que d’un pantalon court beige, et d’un débardeur blanc. J’étais chaussée de sandales qui, dès que je posai le pied sur le sable, laissèrent un libre contact entre mes pieds et les grains brûlants. Je secouai les pieds, avec un petit air agacé, et je continuais ma route, remontant mes lunettes qui glissaient sur l’arrête de mon nez.
Je n’étais pas du genre à laisser voir mes émotions. En fait, j’étais carrément froide et distante. Je n’allais jamais vers les gens, et j’espérais que cela ne viennent pas vers moi. Cela me mettait dans des positions inconfortables, où je ne savais que répondre, et je préférais souvent dans ce cas garder un air neutre et un silence parfois vexant. Au moins, on ne venait, après cette tentative vaine de briser la glace, plus m’embêter.
Après dix mètres dans le sable brûlant, j’arrivai enfin, avec ma mère à l’accueil, où mon père venait de régler les derniers détails, et nous suivîmes un petit chemin de pierre, tellement chaudes que je craignais qu’elles ne fassent fondre la semelle de mes chaussures qui souffraient déjà le martyr.
Le petit chemin allait tout droit, avant de contourner le dernier coin de verdure. Derrière, nous je pus avoir avec une mauvaise humeur de la taille de la joie de mes parents, le camping.
Les emplacements de tente étaient situés en cercle, autour de petit coin où on pouvait faire un feu. Ce n’était pas l’idéal pour oublier la ville, car ce rangement me faisait penser aux quartiers d’une grande ville. Super, la détente ! Plus loin, je voyais la plage, avec des nombreux adolescents qui s’amusaient, tandis que les parents préféraient faire bronzette. Le parfait stéréotype des vacances à la plage, en somme.
La demi-heure qui suivit fut entièrement consacrée à la mise en place de la tente, et de son ameublement. Ce ne fut pas une tache aisée, et je crus bien subir une insolation, avant de tomber dans les pommes. Cependant, je gardais mon masque de neutralité, devenu si habituel pour mes parents, qui m’adressaient la parole, passant par-dessus mon désintérêt feint ou réel.
Au bout de cette demi-heure, je m’assis sur le sable, sans montrer plus d’émotion. En fait, je n’en ressentais pas tant que ça, mais c’est comme ça que j’étais « heureuse ». Je pris alors dans la valise mon matériel pour écrire, et je continuais une histoire que j’avais commencé l’avant-veille. Je n’avais pas écris deux lignes que mon père s’exclama qu’on avait oublié la trousse de toilette. Je proposai d’y aller, de toute façon, je n’avais pas beaucoup d’inspiration pour le moment. Il accepta, et je me mis en marche de la direction de la voiture, prenant les clés à ma mère.
La trousse de toilette était inutilement grosse, enfin, si j’en croyais mes parents, mais je savais qu’ils se servaient de la place « inoccupée » pour mettre des cigarettes. Je n’étais pas censé le savoir, mais même si je n’étais supérieurement intelligente, je pouvais me vanter d’avoir un réel sens de l’observation. Peut-être que le fait que je reste stoïque à tout y aidait. Je commençais donc à traîner la valise. Mes parents n’avaient quand même pas beaucoup de jugeote, ils pouvaient se douter qu’avec un tel poids, j’allais deviner qu’elle ne contenait pas que du déo, cette trousse…
-Je peux peut-être t’aider ?
Un adolescent, peau mate, plutôt grand pour son âge que je devinais sur son visage, venait de m’accoster. Comme à mon habitude, complètement froide, je lui souriais à peine, et je continuais mon chemin seule, et l’ignorant superbement. Devant cette attitude, certaine personne ne faisait rien, comprenant que j’étais comme ça, et que ce n’était pas contre eux, et s’en allait tranquillement, d’autres prenaient la mouche, je pouvais aussi comprendre ceux la, mais ceux que je savais que je ne pourrais jamais saquer, c’est ceux qui s’exclamait « tu pourrais répondre, au moins ! » juste pour me faire passer pour la salope de service, et ne pas perdre la face devant leur petit orgueil.
-La parole, ça existe, tu sais !
C’était l’autre qui venait de me crier ça.
Encore un autre.
Bon, tout ça, encore, j’avais l’habitude, ce n’était pas une journée particulièrement mauvaise, excepté le fait de ce lieu de vacances, que je trouvais fort insipide à mon goût, mais bref, si on me fichait la paix…
Malheureusement, lorsque j’arrivai à la tente et déposai la trousse, ma mère en sortit en maillot de bain, et me dit ;
-On va à la plage, Elisabeth, tu devrais venir. Pose la trousse, met ton maillot, je te l’ai posé sur ton lit, et rejoins nous.
Décidément, je ne pourrais pas écrire.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:44

Lorsque je sortis de la tente, mon bloc-notes à la main, tous les regards se dirigèrent vers moi. Je voyais les filles en bikinis qui semblaient avoir pour but de cacher le minimum de chose concernant leur anatomie regarder mon maillot une pièce couleur bleu foncée comme si il s’agissait d’une bombe. Je passais au travers de tout ce joli monde, ignorant les garçons en short de bain. Je savais que leurs regards étaient posés sur moi, mais je ne savais pas ce qu’ils exprimaient, et je ne voulais pas le savoir. Je me trouvai enfin un endroit tranquille où je m’assis pour écrire.
Je débouchai mon stylo, et me replongeait dans mon histoire. C’était une histoire assez noire. J’avais créés les personnages avec un maximum de complexité, pour pouvoir mené l’intrigue où je le voudrais. Tout un petit monde qui avait bien du mal à se comprendre, et qui se déchirait pour si peu. Le genre d’histoire que j’adore écrire, qui ne peuvent pas avoir une « happy-end » sans posséder un esprit particulièrement dérangé.
J’avais déjà écris le premier paragraphe, la psychologie du personnage principal, un jeune garçon solitaire et homosexuel qui n’arrivait pas à se tirer de ses sombres pensées. Je commençai à écrire son histoire quand des bruits, non loin de moi, me firent relever la tête à contrecœur.
Un petit groupe d’adolescents, qui devaient avoir environ tous mon âge, venait d’entre dans l’eau. Ils riaient bien fort, et je remarquais, au centre du groupe, un type plutôt grand, que toutes les filles semblaient aduler, et que je méprisai aussitôt.
C’est comme ça. Les mecs trop grands, aux cheveux trop blonds, aux yeux trop bleus, avec un corps trop musclé, et beaucoup trop « cool », j’avais envie de les massacrer à la pelle. Oh, non, certes, j’étais bien indifférente à beaucoup de chose, froide, et tout ce qui va avec, mais je suis quand une fille normale, au fond, même si ma façon de penser diverge des autres. Tout ça pour dire que moi aussi il peut arriver qu’un garçon me plaise, mais je préférais les mecs moins « tape-à-l’œil ».
Nos regards se croisèrent soudain, il me sourit. Ce genre de sourire prétentieux, à la « encore une » qui me donnait envie de vomir quasi-instantanément. Quelle horreur, ce genre de mec… Mais une fille attira son attention, et ils commencèrent tous à rire bruyamment. Je remarquais dans le tas le mec qui m’avait demandé si je voulais de l’aide pour la trousse de toilette du matin, et un autre type, plus menu, blond aussi, toujours collé avec une brune. Ne montrant rien de mon irritation suprême, je me levais, et allais m’asseoir sur mon lit, dans la tente, pour écrire tranquillement.

En début d’après midi, j’avais bien avancé l’histoire. J’avais mis en place les personnages principaux, Tom, le jeune garçon, Anita, son amie, qui voulait sortir avec lui, mais qui ne savait pas qu’il était homosexuel, Franck, un mec plutôt mignon et intelligent qui ne laissait pas Tom indifférent, mais qui était un gros psychopathe. Bref, une histoire qui ne pouvait pas se finir en « happy-end », plutôt en fin assez triste que je commençais un peu à apercevoir. Enfin, les évènements principaux, que je notais sur une autre, page, je n’avais pas d’idée pour le lieu.
C’est au moment où je décidais d’ailleurs dans quels lieux se passeront les différents évènements de l’histoire que l’entrée de la tente s’ouvrit, et qu’une adolescente entra. Elle avait un air sympathique, pas trop intéressé, pas plus qu’il ne fallait, et elle avait un petit sourire qui disait clairement « je viens en paix ». Elle était plutôt petite, noire de peau, avait des cheveux bouclés, et portait un T-shirt ou était marqué en gros « j’aime les filles ». Ce rapport avec le héros de mon histoire attira tout de suite ma sympathie. Il était bizarre de constater que je me mettais tellement à l’écart, que je finissais par apprécier plus mes personnages que les personnes réelles.
-Il va y avoir une petite sortie en bateau, dans une demi-heure, dit-elle. On pensait invitait tout le monde, enfin, tout ceux qui ont notre âge, pour faire connaissance.
Pour toute réponse, je hochais la tête. Une autre personne, je n’aurais rien fait, mais elle attirait ma sympathie. Elle se leva, avec un petit sourire, et s’en alla. Moi, je remis mes lunettes bien en place sur mon nez, et je me remis à écrire.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:44

Vingt-huit minutes plus tard, j’avais rejoint le petit groupe qui se formait au niveau du bateau. On était une petite dizaine, mais le bateau était assez grand pour pouvoir tous nous accueillir. Trente-deux minutes plus tard, nous y étions montés, et le bateau démarra, et commença à s’éloigner de la plage.
Tout le monde profitait du moment, même moi, mais à une façon différente. La plupart des autres riaient entre eux, ou prenait le soleil. Moi j’étais assise sur le bord, à regarder l’eau défiler, le vent faisant voler mes cheveux. Ca me donnait l’impression d’être libre pour une fois. Du coin de l’œil, je vis l’autre blond de ce matin, Mark, à ce que j’avais entendu, enlever son T-shirt, et le tenant dans une main, le plongea dans l’eau, lui-même se couchant bien en arrière pour profiter du soleil, et n’hésitant pas à montrer à l’assistance ses pectoraux développés et ses abdos. Quel frimeur…
Soudain, il y eut un accrochage, et je tombai à l’eau. Quand je ressortis, le bateau avait continué un peu sa route. Il était maintenant à l’arrêt, à dix mètres de moi. Je me mettais à nager dans sa direction, et je remarquais l’absence de deux autres personnes à son bord. Une d’elle remonta un peu avec moi, et je remontai moi-même quelques instants plus tard, ignorant la main tendue de Mark.
-Où est Franck ? Où est Franck ?
C’était la brune avec qui le blond, Franck, donc, était collé ce matin. Tout le monde se mit à chercher dans les alentours, quand il ressortit enfin de l’eau, en hurlant. On put tous apercevoir son bras gauche, tranché au niveau du poignet. Il avait du tomber à l’arrière du bateau. Encore heureux que l’hélice ne lui ai pris que sa main…
Le conducteur du bateau, alors que tous les passagers se mettaient à hurler, sauta à l’eau pour remonter l’infortuné. Ce ne fut pas sans mal, mais aidé par quelques garçons il y arrivèrent assez vite, avant que l’hémorragie, accentuée par l’eau, ne fasse trop de dégâts. Le blessé fut placé au centre du bateau, qui le conducteur fit redémarrer, avant que je ne pose ma main sur son épaule.
-Il faut retrouver sa main. Si la coupure est nette, les médecins pourraient peut-être recoudre.
J’avais parlé d’une voix forte, pour couvrir le moteur, et calme. Très calme. Tout le monde me regarda. Je pouvais, dans certains regards, voire l’horreur. Je savais ce que mes paroles pouvaient susciter, cependant, elles étaient justes.
-Elle a raison.
C’était la voix de Mark, qui à l’étonnement de tous, et à mon grand dam, venait de s’exprimer. J’aurais préféré que personne ne prenne mon parti, que ce soit ce crétin, que je ne connaissais même pas, qui prenne ma défense. Il passa près de moi et sauta à l’eau. Je ne vis sur lui nulle trace de l’ancien T-shirt, mais je n’y fis pas attention. Il y eut un moment de suspens, où j’aperçus la jeune fille qui était venue dans ma tente ce matin, et un jeune garçon, brun et menu, qui semblaient être les plus calmes, enfin, tout est relatif. Je regardais le mec discrètement. Oui, c’était déjà plus mon type, mon bon, on ne va pas trop s’attarder non plus.
Mark remonta à bord une minute plus tard, alors que le conducteur faisait ce qu’il pouvait pour enrayer l’hémorragie. Il avait la main de Franck.
-Vraiment par hasard, souffla-t-il.
Après, tout se passa très vite. Mark prit le relais, en vaillant héros caricaturé de la veuve et de l’orphelin, pour empêcher le sang de trop s’écouler de la plaie, et le bateau rentra vite à quai, le conducteur passant un message radio pour qu’on appelle une ambulance qui arrive dix minutes après notre arrivé à bon port. Franck s’était alors évanoui, mais le médecin du camping avait limité les dégâts. Nous, les adolescents, étions resté à part, à environ cinq mètres.
Beaucoup me regardaient, certains étaient suspicieux, d’autres étonnés, et une très petite minorité impressionnée. Personnellement, je gardais le dos droit, totalement maître de mes attitudes et émotions.
Et toc.
Quand l’ambulance eut emporté Franck, nous nous dirigeâmes vers le camping. J’accueilli, totalement neutre, les compliments sur ma présence d’esprit de la part du conducteur du bateau, mais je failli tuer quelqu’un lorsque Mark me fit le même compliment. Ce type a des tonnes de filles à ses pieds, pourquoi moi ? Il aime peut-être la difficulté…
Eh ben il va être servi, me dis-je, lui jetant un regard où la haine ne transpirait presque pas.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:45

La nouvelle de l’accident fit le tour du camping en un temps éclair, tandis que j’étais tranquillement dans ma tente en train d’écrire. Mes parents n’étaient pas là, mais je remarquai que la trousse de toilette avait mal était replacée, et je devinai qu’ils étaient allés fumer discrètement.
Mon histoire avançait : j’avais tout les personnages, tout les évènements principaux, ainsi que les lieux. Hasard, je prévoyais de mettre la dernière partie dans un camping. Je remarquais tout de suite le côté dramatique que cela procurera à l’histoire.
En fin d’après-midi, mes parents étaient passés par la tente. Ils avaient évidemment entendu parler de l’accident, et ils me demandèrent, d’un ton un tantinet inquiet, si j’allais bien. Ils connaissaient la réponse : ils me connaissaient, à force, même si j’avais du mal à l’admettre, mais je répondis tout de même un « oui » totalement neutre. Rassurés, ils s’en allèrent. Je posai alors mes affaires d’écriture, et je faisais une petite sieste.
Je fus réveillé une heure plus tard par quelqu’un qui s’était introduit dans ma tente. Je reconnaissais le type qui m’avait proposé son aide, ce matin, et je me demandai ce qu’il voulait. Je remarquai, maintenant qu’il était aussi près, qu’il était un peu plus grand que moi, et assez musclé.
Il s’avança vers moi, et ce fut à ce moment que je commençai à m’inquiéter : je vis enfin son regard, un peu fou, carrément méchant.
-Alors, la sorcière, on se repose ?
On avait visiblement raconté beaucoup de chose sur moi, pendant que je me reposais. Et ce n’était pas du goût de tout le monde. Je devinai que ça devait avoir un rapport avec la sortie de ce midi –quoi d’autre ?- , peut-être m’accusait-on d’avoir provoqué l’accident ? Vu le « sorcière », cela était plausible…
-Bon, qu’est-ce ce que tu veux ? fit le garçon en s’approchant méchamment. Pourquoi es-tu venu ici ? Tu sais, tu es jolie, quand même…
Alors, il s’avança encore de deux pas, et me prit par les épaules, avant de susurrer à mon oreille :
-Tu veux baiser ?
Je lui envoyé alors un coup de genoux dans l’entrejambe, avant de l’envoyer valser avec une bonne droite. Il tombait au sol, et se releva, l’air fou. Tout en gardant un calme plus extérieur qu’intérieur, je soulevais mon matelas, et prenait le couteau qui se trouvait dessus. Au cas où…
Mais soudain, il y eut un cri, et quelqu’un rentra dans la tente, pris le garçon, avant de le sortir de là. Je découvris un adolescent aux cheveux corbeaux, qui devait être ce matin sur le bateau. D’allure fine, il était plutôt grand, et, je dois l’avouer, avait un joli visage qui finissait dans un menton pointu. Je revins à la réalité au moment où les deux garçons touchaient le sable. Je fus tentée d’aller me battre, mais sortir avec un couteau le ferait mal, surtout que des adultes couraient déjà par là. Je cachai alors le couteau sous mon matelas, et je tournai la tête.

-Ca a été une dure journée, aujourd’hui. On raconte beaucoup de choses sur toi. Mais bon, ce ne sont que des saloperies attisées par la curiosité.
Jolie entrée en matière.
-Tu sais, Max, celui qui est venu t’aider tout à l’heure, est assez sympa, et il a prit ta défense. Oh, les autres l’ont juste mis un peu plus à l’écart, mais bon. Je pense que ça lui ferait plaisir que tu ailles le voir.
Cette fille était, comme certaines autres personnes, de celles que j’arrivais à bien aimer. Même si je ne faisais rien pour le montrer, leur compagnie ne m’était pas désagréable. Un peu comme lorsque j’écrivais.
-D’accord, répondis-je, avec en tête le souvenir du certain Max.
-Au fait, reprit-elle. Je m’appelle Hannah.
Elle sourit, et se leva. Lentement, je la suivis, ayant préalablement éteint la lampe. Nous passâmes près de plusieurs groupes de jeunes plus ou moins soûls, qui criaient et chantaient près du feu, mais Hannah m’entraîna plus loin, vers la petite forêt. Max s’y tenait assis, et je n’eus pas besoin de lumière supplémentaire pour voir ses bleus. Malgré ces derniers, je le trouvai assez mignon.
La soirée fut calme. On parlait, discutait, mais rien de plus, mais j’appréciais tout de même. Une entente était passée directe entre nous trois, et on se contentait des silences, parfois, profitant juste du lien nouveau qui nous unissait. Je restais fidèle à moi-même, bien sûr ! Aucun sourire ne vint illuminer mon visage. Mais à la fin d’une soirée, ce n’est pas à mon sourire qu’on voit si je me suis amusée, non, c’est à mon regard.
Et vu le sourire d’Hannah quand nous nous séparâmes, elle avait aimé ce qu’elle y avait lu.
Alors, j’aperçus Mark qui, au loin, m’observait, avec un visage étonnamment soucieux par rapport à d’habitude.
Je préférais me reporter sur mon agresseur et le sien.

La nuit était maintenant tombée, et je n’avais pour seul éclairage la lampe de poche pendue au plafond, et le feu de camp, qui se situait à une dizaine de mètres de mon emplacement. J’essayais d’écrire, mais mes pensées dérivaient, et je n’arrivais à avoir que quelques bribes de l’histoire, que je notais tout de même consciencieusement.
Une nouvelle fois, j’entendis quelqu’un rentrer dans ma tente, et je relevais la tête, un tantinet plus nerveuse que les deux fois précédentes. C’était la jeune fille de ce matin. Toujours le même sourire, le même regard… et surtout le même T-shirt ! Je faillis sourire en remarquant ce détail, mais je n’en fis rien. Elle s’assit sur le lit de mes parents, comme la première fois, et entama la discussion, comme la première fois.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:45

Le lendemain, je passai la journée dans ma tente. J’eus à peine le temps de commencer à écrire le matin, que Mac me rejoignit, et que nous commençâmes à discuter. Il était assez timide, et n’arrêtait pas de se tordre les mains, ce qui m’amusait quelque peu. La discussion fut agréable, et un peu plus meublée que celle de la veille. Nous discutions de tout et de rien, dans le vrai sens du terme. Ca lui plaisait, à moi aussi, et on le savourait chacun à sa manière.
Il me quitta le midi, pour aller manger, et je rejoignit, moi, mes parents, avec lesquels je passai le repas. J’eus le droit aux sempiternels questions sur si je m’amusais, je m’étais fait des amis, et tout le reste de la part de mon père, et je me contentais de manger tranquillement, feignant d’être trop affamée pour lui répondre. Après le repas, mon père, ma mère et moi retournâmes à la tente.
-Ouah, j’ai bien mangé, moi ! s’exclama mon père, s’étalant pas la même occasion sur son lit deux places qui se referma sur lui au niveau de la séparation.
Ma mère eut un petit cri de souris, et tentant de le libérer de sa prison de mousse, donna un coup de pied dans la trousse de toilette, libérant par contre ainsi les cigarettes. La pauvre femme ne savait plus où donner de la tête. Avec un petit sourire en coin, un sincère, que j’avais quand j’étais vraiment amusée par quelque chose –ce qui était plutôt rare- je replaçais les cigarettes dans la trousse, et aidai ma mère à libérer mon père en lui glissant à l’oreille :
-On dira que je n’ai rien vu…

Un peu plus tard, une fois mon père et ma mère sortis, Hannah et Max arrivèrent. Max semblait de plus en plus timide, mais je le trouvais quand même assez mignon, et Hannah, tout sourire, était vêtue d’une petite robe rouge. Je fus un peu déçue qu’elle ait remplacé le T-shirt par cette robe.
-Il y a un truc d’accro branche, cette aprèm. Ca te dit ?
-Ouais, pourquoi pas… répondis-je, pas très enthousiaste.
En attendant l’heure dite, nous restâmes dans la tente, et nous commençâmes une partie de carte. Au bout d’un certain nombre de manches –j’avais arrêté de les compter…- nous nous rendîmes compte qu’il était temps d’y aller, et nous nous dirigeâmes vers le lieu de rendez-vous.
Quand nous fûmes empaquetés avec tout ce qui était censé nous sauvé la vie, nous partîmes sur le parcours, non loin du camping, qui décidément, était plein de réserve.
Je remarquai, une dizaine de mètres devant nous, le mec d’hier. Lui aussi présentait de nombreuses traces des coups que Max lui avait portés. Cependant, à sa vue, je ralentis un peu l’allure.

Le début du parcours se passa tranquillement. On avançait tous à notre rythme, sur les différents niveaux de l’installation. Du coin de l’œil, je ne pouvais m’empêcher de surveiller le type qui m’avait brutalisé hier, encore sur la terre ferme, à cause d’un problème de chaussure, ou de je-ne-sais-quoi.
J’avançais en compagnie d’Hannah et de Max. On s’entraidait en silence, se hissant mutuellement, se faisant la courte échelle et toute la panoplie de la survie à vingt mètres de hauteur. Je commençais à regretter d’être venue, et je fis la remarqua à voix haute, entre mes dents, mais que tout le monde entendit. Dans leurs regards, je vis que Max et Hannah pensaient la même chose.
Soudain, il y eut un claquement sec, et je vis, dans le coin de l’œil qui lui était réservé, le type qui venait de faire ses premiers pas sur le parcours chuter, sa corde de sécurité cassée. J’entendis de nombreux cris, et tous suivirent la chute de cinq mètres du type. Je commençais à vouloir descendre, me demandant si je ne serais pas la suivante, quand mon regard en croisa un que je commençais à croiser trop de fois ces derniers temps : celui de Mark.
Un regard calme et posé, qu’on ne lui connaissait pas.
Et je ne sais pas pourquoi, mais un frisson me parcouru l’échine.

J’étais devenue la bête noire du camping. On me mettait tout sur le dos. Enfin, surtout les adolescents. Les adultes avaient plutôt pitié : ils connaissaient bien le système des enfants à mettre sur le dos d’une personne différente tout ce qui arrive de bizarre.
Ce fut la raison principale qui me poussa à rester durant les quatre jours qui suivirent l’accident de l’accro branche à rester cloîtrer dans ma tente, à écrire. J’avais régulièrement la visite d’Hannah ou de Max, ou des deux. Je me rapprochais d’eux de plus en plus, jusqu’à un point que je trouvais trop avancé. C’était le point où j’étais presque devenue la meilleure amie. Où j’étais censée divulguer mes secrets, et tout ce qui me tracassait. Et cela me déplaisait fortement. Et encore, ce n’était que du côté d’Hannah. Max s’était aussi rapproché, mais de façon plus subtile. J’avais l’impression qu’il était amoureux.
Oui, je les aimais bien, j’appréciais leur présence, oui max était mignon, mais je ne voulais pas m’engager dans quoi que ce soit. En plus, ce n’était qu’un séjour au camping, et on ne se verrait plus après. Pas le lieu idéal pour s’attacher trop aux gens. C’est pourquoi, je mis un frein à leur présence, ce qu’ils remarquèrent aussitôt. Le cinquième jour fut tendu, puis arriva le jour de la fête du camping.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:46

Le soleil était sur le point de se coucher, et tout le monde aidait à préparer le feu de joie qui ferait la nourriture et la lumière de tous le soir. Je me baladais, de bien méchante humeur entre les tentes.
Non seulement j’avais été forcée à sortir ce soir là, et ainsi à délaisser mon histoire, qui en était à son dernier chapitre, mais en plus, je devais faire des efforts faramineux pour réussir à éviter Hannah et Max, ce qui me mettait dans un état de tel stress que je n’arrivais pas à penser à mon histoire qui se trouvait dans la poche arrière de mon pantalon. Rageant.
Soudain, plus loin, je vis mes parents en train de boire et de discuter avec un type avec lequel ils semblaient fort bien s’entendre dans la beuverie. Fort bien ! Bourrés, ils m’oublieront. Ainsi, je me précipitai vers ma tente, où je serais en sécurité pour écrire.
Erreur.
C’était justement là que Max et Hannah m’attendaient.
Je freinais un maximum ma course folle, mais je perdis l’équilibre, et je dus faire de tels mouvements pour éviter la chute qu’un aveugle m’aurait repéré aux déplacements d’air que j’ais provoqué.
En deux secondes, j’avais mes deux amis sur moi.
Jusqu’à la tombée du soleil, je résistai à la tentation, et je les supportais, en y montrant, il est vrai, fort peu de bonnes volonté. Mais c’est l’intention qui compte ! Quoi que dans ce cas de figure, l’intention n’était pas très claire… Quoi qu’il en soit, au moment où le feu de joie s’embrasait, Hannah me demanda si j’allais bien.
J’éclatai alors.
-Non, je ne vais pas bien. Non, je ne veux pas d’aide, continuai-je rapidement, en la voyant ouvrir la bouche. Je ne veux plus vous voir, en fait.
J’avais autant de tact qu’un zéro écrit en rouge et en gros sur une feuille d’interro, mais au diable la sensiblerie !
-J’en ai marre, j’ai toujours été toute seule, et je ne suis pas prête à être avec du monde, même des gens aussi bien que vous. Surtout en camping, dans dix jours, on se voit plus. Alors vous aurez ouvert quelque chose en moi, mais vous n’en profiterez pas.
Sur ce, je m’en allais en courant, ressentant de la culpabilité à cause du ton, et de la tristesse pour Max.
Mais je ne reviendrais pas sur ma décision.

La nuit était maintenant bien tombée, et j’étais près d’un des nombreux feu qui avait poussé depuis que le soleil avait disparu, et la température tombée. C’était à la lueur des flammes que je continuais à écrire ma tragédie. Anita avait été tuée par Franck, qui pour consoler Tom, l’avait emmené dans un joli camping. Romantique à souhait !...
Mais là, j’étais bloquée. Le camping, mais quoi d’autre ? Les vacances allaient tourné au cauchemar, c’est clair, mais je ne savais trouver les ingrédients de ce cauchemar. Je ne voulais pas trop en faire, et en faire tout de même un minimum. Qu’allais faire Franck ? Tuer ? Non, trop gros. Alors quoi ?
Ca faisait dix minutes que j’étais là, stylo levé, en train de réfléchir, quand une des… jeunes filles –terme auquel se limitera mon langage- qui ne semblait pas ce rassasier l’autre… jeune homme –hum, hum !- se prénommant… bref, ça n’a pas d’importance, vint s’asseoir à mes côtés.
Dès lors, j’eus des envies de lui faire subir des tortures de mon invention, peut-être limitée, mais sortant droit de ma petite tête. Des trucs horribles, dépassant l’imagination. Son imagination…
Et si Mark voulait se joindre à la fête, ce serait encore plus drôle.
BREF !
Elle s’assit face à moi, rejetant en arrière ses longs cheveux blonds. Parfaite caricature d’une de ses pou… publicitaires travaillant dans une pub de soin de je ne sais quelle partie du corps. J’aurais bien voulu lui enfoncer mon stylo dans la gorge, mais ça aurait risqué de tacher mon histoire.
-Alors la sorcière, on s’éclate ?
Je t’éclate la tête à coup de pierres.
-Tu veux peut-être de l’aide pour… tenir ton stylo en l’air ? Et elle partit d’un rire aigu.
Je veux surtout de l’aide pour te tenir.
-Peut-être que tu vas le lancer un sort avec ton papier maudit ?
Tu ne mérites même pas de le toucher…
-CONNASSE !
Sans m’en rendre compte, j’avais sauté sur mes pieds. Des regards se tournèrent vers moi, dont des regards appartenant au fan club de l’autre frimeur de mes-deux-que-je-n’ai-pas.
Mais les regards se tournèrent vers le sol, en même temps qu’une odeur de brûlé montait à mes narines.
Je baissais les yeux sur la crinière enflammée de l’autre pouf.
Et à la vue des regards qu’on me lança, je me mis à courir.
Sans sentir un autre regard dans mon dos. Un regard que j’aurais détesté.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:46

Bon, il faut me comprendre ! Je ne suis pas surhumaine, après tout… Et il m’arrive que certains évènements me touchent plus que d’autres, et ce qui s’était passé durant la soirée m’avait mis les nerfs à vifs, voilà tout…
Le point positif, c’est que, du point où je m’étais, en haut d’une falaise, avec vue imprenable sur la mer et sur le camping, j’avais tout inventé, et tout compris en même temps.
L’illumination.
Tom et Franck sont tranquillement en vacances. Que fais Franck ? Il nargue Tom tout en commentant certaines exactions ni vue, ni connues. En effet, qui mieux que Tom peut dévoiler Franck ? Alors pour déconcentrer Tom, le psychopathe du groupe fait style d’enlever son T-shirt, dévoilant ainsi son corps à Tom. Ainsi, Franck peut lâcher son T-shirt dans l’eau qui ira bloquer l’hélice du bateau, faisant ainsi tomber tout le monde dans l’eau.
Même qu’un des passagers peut avoir la main tranchée ?
C’est ainsi que j’avais dévoilé Mark.
Il avait toutes les attitudes de Franck, le seul bug, c’était moi.
Car je n’étais pas Tom.
Soudain, des bras entourèrent mon corps.
-Alors, on se cache pour mieux me retrouver ? Quelle gentille attention…
J’arrêtais alors carrément de respirer.
La voix de Mark, mais avec en plus toute la folie qu’une voix humain pouvait exprimer. La peur me prit au plus profonde mon être, me faisant frissonner.
-Et des frissons de plaisir, en plus ! Tu dépasses mes espérances.
En plus, il croyait que j’avais envie de lui.
-Ecoute, je sais que sous ta carapace, il y a quelqu’un… J’étais comme toi, avant, puis après quelques… évènements, je me suis un peu libéré. Je peux te libérer, fais moi confiance…
Oh, et en plus, il me proposait de tuer je ne sais quel animal.
Quel sale type !
C’est à ce moment que la colère prit place sur la peur.
Cet espèce de petit enculé était encore plus vaniteux qu’un paon.
Qu’il aille au Diable !
Je baissai alors la tête, et la remontai d’un coup sec. En plein dans le nez. Il poussa une petite exclamation, et tomba en arrière, m’agrippant au passage. Je tombai alors avec lui, lâchant mon carnet d’histoire.
-Non !...
Mais je ne pus en dire plus, et il m’enfonça la tête dans le sable.
J’essayais vainement de bouger la tête, alors que lui me l’enfonçais encore plus profondément dans le sable, et c’est ainsi que j’entendis un craquement étouffé. Mon nez venait de casser. De plus, je commençais sérieusement à manquer d’air.
Je me concentrai alors sur d’autres choses. Mes mains. Un caillou. Réflexe.
Ses mains lâchèrent soudain ma tête, et je me relevais. Je frottai mon nez, enlevant le sable collé à mon sang, et courus sans réfléchir vers mon carnet d’histoire que je ramassai. Puis, me retournant, j’aperçus Mark qui se relevait, le nez et l’arcade sourcilière en sang. Alors je me mis à courir.
Je n’avais jamais courus comme ça, et j’atteignais rapidement le camping. Tout le monde était réuni en son centre, et je ne croisai personne. A l’approche de ma tente, je lâchai mon carnet d’histoire, que je retrouverai plus tard, et je m’engouffrai dans ma tente. Je soulevai mon matelas, mais il n’y avait pas le couteau.
Je me souviens du regard de Mark, et je me retournai.
Trop tard.
Le couteau s’enfonça dans mon abdomen, et j’eus le souffle coupé. Entraînée par le poids de Mark, je tombai en arrière.
Il était maintenant au dessus de moi, et avait lâché le couteau, le laissant dans mon ventre. Je gémis de douleur, ce qui lui provoqua un grand sourire. Lentement, il se pencha vers moi, et il posa ses lèvres sur les miennes.
Connard. Enflure.
Je vais te tuer.
C’est au moment où j’eus cette pensée que ma main droite toucha la trousse de toilette. Le déo, et, surprise, le briquet mal rangé.
Je m’emparais alors des deux dans ma main, chose plutôt difficile, et j’attendis qu’il se relève. J’avais un goût de sang dans ma bouche, qui couvrait son goût.
Heureusement.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
°o° oups' °o°
Admin
avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: [Concours Août]   Lun 11 Aoû - 21:46

Le temps ma parut long, mais quand il se releva, j’eus enfin un sourire.
Le plus grand de toute ma vie.
Le plus carnassier.
Je levai alors le déo, appuyai sur le bouton, en actionnant le briquet que j’avais changé de main, et dirigé le jet vers sa tête.
Il cria de douleur, alors que ses cheveux, et le reste de la tente prenait feu. Il se releva en arrière, se tenant le visage à deux main, et, aveuglé par la douleur, tomba sur la lit de mon père qui se referma, une nouvelle fois. Personnellement, je me relevai en vitesse, et sortis de la tente en courant.
-Au feu ! Au feu !
Les vacanciers avaient repérés les flammes, et couraient dans ma direction. Sauvée.
-Mon carnet…. Soufflais-je à ma mère, qui venait d’arriver à mon chevet.
Je perdis connaissance avec pour dernière vision la lune rougie par le feu, comme si elle été couverte de sang.
Une lune sanglante.

Cette fois-ci, je pose le stylo pour de bon, et je ferme les yeux. J’ai raconté l’histoire, mon histoire, comme je l’avais vécue. Oh, oui, elle est écrite comme une fiction, mais ça la rend plus vivante, non ?
Maintenant, je suis à l’hôpital du coin, chambre 204. Mon état est très bon, et je dois quitter les lieux le lendemain. Oh, je ne suis pas déçue de partir, mais je dois avouer qu’un séjour à l’hôpital vaut toutes les vacances au camping !...
Je n’ai pas revu Hannah et max, même si je leur ai laissé un petit mot, leur expliquant ma décision sur laquelle je ne suis pas revenue. Mon histoire se termine ainsi, avec rien d’autre qu’une cicatrice, ma mémoire, et ce texte pour prouver qu’elle est réelle.
Je range le carnet dans le tiroir, et je regarde les cadeaux qui se trouvent sur ma table de chevet, et je m’arrête avec un sourire sur une carte d’anniversaire arrivée là par erreur, destinée à une certaine Laureline. J’aime bien ce prénom. Je le préfère en tout cas à Elisabeth, mais bon.
Mon regard se perd dans le ciel que je voie par la fenêtre, et j’imagine le vent qui court dans mes cheveux. Voilà quelque chose que j’aime sans concession.
Je ferme les yeux.
Et m’endors, avec un sourire d’apaisement.

_________________

Merci Ju' !! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fais-ton-show.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Concours Août]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Concours Août]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fais ton show !! :: Littérature :: Concours :: Résultats-
Sauter vers: